« Mais quelles élections ? », me demande-t-elle. « Les européennes enfin! », que je lui réponds

Poster un commentaire

mai 21, 2014 par camillelopes

Ce midi, j’ai déjeuné avec une amie. Déjeuner constitué comme à notre habitude de pouffements, de vieilles plaisanteries entre nous, bref, de choses légères.

A la fin, je lui rappelle ma venue à Lyon ce week-end, et je plaisante en lui lançant que nous nous verrons dimanche, comme ça, « on ira voter ensemble », avec un clin d’œil. Air surpris de mon amie : « voter ? Mais c’est les élections ? ». « Ben oui, tu n’étais pas au courant ?! ».

Ben non, pas au courant ma copine. « Mais quelles élections ? », me demande-t-elle. « Les européennes enfin! », que je lui réponds. S’en suit une discussion sur les élections, la politique, évidemment elle viendra voter avec moi, ce dimanche, juste, elle ne le savait pas, mais maintenant qu’elle le sait c’est évident ! Bref. A quatre petits jours d’un vote majeur sur la construction de l’Union européenne, évidemment plein de gens ignorent que, le dimanche 25 mai, ce sont les élections européennes. En revenant de mon déjeuner, plein de phrases se bousculent dans ma tête. De retour devant mon ordinateur, je les couche ici, redonnant vie à ce blog un peu délaissé, en espérant qu’elles seront lues par des personnes qui ne savaient pas que, dimanche, il y a des élections, ou qui ne comptaient pas aller voter.

 

http://destination-europe.org/, la magnifique campagne des Jeunes Ecologistes

http://destination-europe.org/, la magnifique campagne des Jeunes Ecologistes

 

Depuis quatre ans maintenant, je suis devenue écologiste. Parce que j’ai découvert, non sans surprise, que l’écologie ce n’est pas juste planter des arbres ou protéger les oiseaux et plus généralement, la nature. Que ça m’a séduite, et même carrément plu, comme idée, et au final convaincue, puis persuadée que c’était la bonne méthode.

 

Alors, aujourd’hui, j’essaye à mon tour de convaincre autour de moi, et je le martèle : les écologistes, ce n’est pas que les petits oiseaux. C’est un programme de société global et cohérent, qui repose sur des décennies de réflexion, de recul, de recherche de solutions pour vivre dans des villes, dans des pays, dans un monde plus agréables, plus justes et plus solidaires. C’est carrément un mode de pensée qui a été construit d’après une question : comment pouvons-nous être heureux ? Comment l’être humain peut-il être épanoui ? Oui, c’est ça, la base de l’écologie politique, et c’est sur cette question casse-tête que ses penseurs réfléchissent depuis si longtemps.

Au final, ça a donné ça : l’écologie politique est maintenant un vrai programme alternatif pour changer les choses, pour améliorer la vie, pour enfin permettre à tout le monde de vivre mieux. C’est pour ça que, depuis quatre ans, à chaque élection, je vote pour les écologistes, et j’incite les gens autour de moi à faire de même. Mais, toujours, je rencontre des gens qui sont désabusés et qui ne croient plus en rien. Et, plus loin encore, qui, à cette élection-là, certain-es pour la premières fois, d’autres pas, comptent voter pour le front national.

 

Alors, oui, nombreuses sont les personnes à ne plus croire que la politique puisse changer quelque chose dans leur vie quotidienne, et qui comptent s’abstenir.

La tentation peut aussi être grande de montrer son mécontentement en votant pour un parti qui est depuis des années dans une stratégie de normalisation. Stratégie qui s’appuie sur les peurs des gens et la crise économique qui nous frappe de plein fouet, conséquence logique des politiques qui sont menées depuis des décennies. Et, oui, cette stratégie fonctionne, comme le montrent les sondages et les récents résultats électoraux. Mais ne tombons pas dans le panneau : ce parti n’a pas d’autre programme que d’appuyer là où ça fait mal, et d’actionner les mécanismes de la colère et de la peur, la peur du déclassement, la peur de l’autre.

Mais peut-on vraiment considérer que pareil programme constitue une vraie alternative ? La peur, la colère, sur lesquels s’appuient ces politiques, sont-ils des sentiments constructifs, qui augurent d’un réel changement positif pour nos vies ?

Là où le FN est dans l’accusation, les écologistes sont dans la proposition, et depuis très longtemps dans la réflexion autour d’une question simple : comment vivre toutes et tous mieux ? Vivre mieux quel que soit son sexe, son métier, son âge, sa catégorie sociale, son nom de famille ?

Alors, le 25 mai, allez voter. Et avant de mettre votre bulletin dans l’enveloppe, posez-vous une question simple : et si j’étais quelqu’un d’autre, n’importe qui, quel parti défendrait mes intérêts, pas parce que je suis moi, mais simplement parce que je suis un être vivant, parce que je suis humain, et que j’ai le droit de vivre dans la dignité ? Parce que j’ai le droit d’être heureux. Et j’ai le droit de recevoir de la bienveillance de la part de la société.

L’écologie politique, c’est vouloir sauvegarder le bien commun afin que tout le monde en profite, et vouloir renforcer la solidarité pour que les humains puissent vivre mieux. C’est refuser la facilité et les idées ayant pour mécanisme la peur de l’autre et la défense. Voter pour les écologistes, c’est voter pour des gens qui proposent la coopération au lieu de l’affrontement, et un vivre mieux tous ensemble, au lieu de vivre moins bien seul.

 

Alors, de nombreuses personnes cherchent une alternative à la politique actuelle, à laquelle ils ne croient plus. Ils se disent « bof, on a tout essayé, alors au point où on en est, pourquoi ne pas essayer le Front National » ?

Contrairement à ce que le Front essaye de nous enfoncer dans le crâne depuis des années, eh bien, non, cette possibilité n’est pas anodine. Elle repose sur des politiques ayant des constats faux, et sur la théorie de l’ennemi permanent. Ce sont de vieilles techniques bien connues, de faire peur aux populations pour avoir leur vote, en leur faisant croire que nous sommes menacés.

Mais en réalité, et si notre plus grande menace, c’était nous-même ? Le dérèglement climatique et ses conséquences, les maladies environnementales, les perturbateurs endocriniens, la pollution, ne sont-ils pas en train de devenir nos pires ennemis, des ennemis, eux, mortels ? Pour ces élections, revoyons nos priorités et ce qui est vraiment important pour vivre bien : une vision globale, à long terme, qui ne sélectionne pas de manière arbitraire qui a le droit d’être heureux et qui n’a pas ce droit. C’est exactement ce que font certains partis, et c’est absolument injuste.

 

Alors, si comme moi, si comme des milliers de personnes, vous avez vraiment envie de changer la vie, allez voter le 25 mai. Il n’y a qu’un seul tour, un seul jour où aller voter, ne nous y trompons pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :